Mon parcours

Passionnée par l’exploration de l’âme humaine, je me suis inscrite à la faculté de psychologie Paris Diderot (Paris VII) en même temps que j’étudiais à l’ESSEC, une école de commerce intégrée sur concours.

Mes années d’étude de l’approche psychanalytique du psychisme humain ainsi que ma propre psychanalyse m’ont ouverte à une vision plus vaste de la réalité, au-delà de sa manifestation la plus visible, et à une expérience plus profonde de l’être. La psychanalyse fut ainsi ma 1ère rencontre avec « ce qui en l’homme passe infiniment l’homme » (Blaise Pasal) à travers l’exploration de l’inconscient.

A ce moment, je ne me doutais cependant pas qu’il s’agissait là seulement des prémices d’un long cheminement vers les profondeurs de l’être. Ce qui m’apparaissait alors comme la voie par excellence de la découverte de soi se révéla bientôt n’être, pour moi, que l’un des petits sentiers de terre qui conduisent à un axe majeur. Cet axe majeur m’a été ouvert par la découverte des héritages des grandes traditions de sagesse de l’humanité.

Ayant grandi dans une famille athée et un pays laïque, je n’ai reçu aucune éducation religieuse et, dans mon inculture, j’assimilais complètement spiritualité et religion. Puis, un jour, ma curiosité sans frontières me conduisit jusqu’aux textes sacrés des grandes religions. C’est hors de tout cadre religieux et de tout dogme que j’ai ainsi découvert la Bible hébraïque et les rites juifs, puis les Evangiles, la Baghavad Gita et de grands philosophes de l’islam comme Mohammed Iqbal. Ce fut une rencontre bouleversante.

J’ai alors réalisé que si ces grands textes avaient parcourus les âges, ce n’est pas à cause du conservatisme acharné de quelques hommes obtus mais en raison de leur force propre, de leur richesse intemporelle. J’ai été profondément interpellée et inspirée par leur façon d’interroger la nature humaine et le sens de la vie, celle-ci m’a semblé très différente et complémentaire des approches scientifiques des mêmes questions. Mes préjugés se dissipèrent et laissèrent place à un intérêt croissant pour tous les héritages de sens profond, aussi bien philosophiques que religieux, orientaux et occidentaux, anciens et modernes.

En 2015, j’ai cofondé avec le philosophe Abdennour Bidar le Sésame, un centre de culture spirituelle non confessionnel, afin d’étudier avec toutes celles et ceux qui le souhaitent, agnostiques, athées, croyants, les grandes questions existentielles communes aux différentes cultures et civilisations.

Cet élargissement de mon champ de références a occasionné une refondation de mon expérience du monde, de ma vision de l’homme et de mon approche de psychothérapeute. Vous trouverez je l’espère sur ce site, à travers les articles et les textes qui s’y trouvent, les grands principes de cette refondation.